Das BVerw­Ger kommt gestützt auf die Recht­spre­chung zur Ver­wech­sel­bar­keit von Zei­chen im Bereich phar­ma­zeu­ti­scher Pro­duk­te* zum Ergeb­nis, die Zei­chen “SEVIKAR” und “SEVCAD” sei­en nicht ver­wech­sel­bar iSv MSchG 3 I c.

*Dans le domai­ne des mar­ques de pro­du­its phar­maceu­ti­ques com­po­sées de plu­sieurs syl­la­bes, l’existence d’un ris­que de con­fu­si­on a géné­ra­le­ment été admis lorsque les mar­ques ne se distin­guai­ent que par leur syl­la­be média­ne ou fina­le (p. ex. Alucol/Aludrox). Par cont­re, la juris­pru­dence admet qu’une dif­fé­rence dans la syl­la­be d’attaque est en géné­ral prop­re à exclu­re un ris­que de con­fu­si­on (p. ex. Xylocain/Celecain) ; tou­te­fois, si cet­te dif­fé­rence n’est que fai­ble, un ris­que de con­fu­si­on doit cepen­dant être admis (p. ex. Leponex/Felonex) (voir sur l’ensemble de la questi­on l’arrêt du TAF pré­cité B-4070/2007 con­s­id. 5.1 Levane/Levact et les réf. citées). Lorsque, com­me c’est le cas en l’espèce, les mar­ques en cau­se se carac­té­ri­sent par un nom­bre de syl­la­bes dif­fé­rent, l’existence d’un ris­que de con­fu­si­on dépend avant tout de la questi­on de savoir si la syl­la­be mar­quan­te du signe anté­ri­eur est repri­se dans la mar­que attaquée.

David Vasella

Posted by David Vasella

RA Dr. David Vasella ist Gründer von swissblawg und Rechtsanwalt und Counsel bei Walder Wyss. Er ist auf IT-, Datenschutz- und Immaterialgüterrecht spezialisiert, betreibt den Blog daten:recht und ist Lehrbeauftragter der Universität Zürich.