Der Wal­li­ser SVP-Natio­nal­rat Oskar Frey­sin­ger war in einer im August 2007 in der Wochen­zei­tung “Con­fédé­ré” die neben­ste­hen­de Foto­mon­ta­ge erschie­nen. Das BGer schützt die Ver­ur­tei­lung von Ado­phe Ribor­dy, dem ehe­ma­li­gen Chef­re­dak­tor der Zeit­schrift, wegen Ehr­ver­let­zung.

Das Neben­ein­an­der­stel­len der bei­den Per­so­nen (bei­de öster­rei­chi­scher Her­kunft) ent­hal­te den Vor­wurf, dass Frey­sin­ger mit dem Natio­nal­so­zia­lis­mus sym­pa­thi­sie­re. Der Titel des Bei­trags, “Com­me un par­fum des années 1930” beschrän­ke sich eben­falls nicht auf die Nazi­pro­pa­gan­da zu Beginn der 30er Jah­re, son­dern auf das gan­ze schon mör­de­ri­sche Jahr­zehnt, in dem das erste KZ schon exi­stier­te. Der Text des Bei­trags selbst trug im Übri­gen nichts dazu bei, die Aus­sa­ge der Foto­mon­ta­ge abzu­schwä­chen; ohne­hin trat er ange­sichts der dra­sti­schen Mon­ta­ge in den Hin­ter­grund. Der gesam­te Arti­kel erfüllt des­halb den Straf­tat­be­stand von StGB 173:

Ain­si, il com­pa­re les métho­des uti­li­sées par les nation­aux-socia­li­stes menées par Hit­ler “pour fai­re peur, aler­ter la popu­la­ti­on” à cel­les du par­ti [SVP]  valaisan diri­gé par l’intimé, déclarant en par­ti­cu­lier qu’il s’agirait là de “réchauf­fé abso­lu”. La com­pa­rai­son ent­re l’élection démo­cra­tique d’Hitler et cel­le recher­chée par l’intimé ren­force encore ce rappro­che­ment ent­re les deux hom­mes.
Un tel soupçon, même jeté en plei­ne cam­pa­gne élec­to­ra­le, dépas­se clai­re­ment les limi­tes pour­tant lar­ges posées à la liber­té d’expression et lèse l’honneur de l’intimé, non pas seu­le­ment en tant que poli­ti­ci­en, mais en tant qu’homme. La dif­fu­si­on par le recou­rant de l’article liti­gieux, pris dans son ensem­ble, est donc objec­tive­ment atten­ta­toire à l’honneur.
Le recou­rant ne s’est pas bor­né à émett­re un juge­ment de val­eur ni à cri­ti­quer l’activité pro­fes­si­on­nel­le de l’intimé. Il a sug­gé­ré que ce der­nier avait, pour le moins, des sym­pa­thies pour l’idéologie nazie. Le soupçon liti­gieux con­sti­tue donc non pas un juge­ment de val­eur, mais une allé­ga­ti­on de fait sus­cep­ti­ble de tom­ber sous le coup de l’art. 173 CP.

Im Übri­gen konn­te das BGer kei­ne sati­ri­sche Kom­po­nen­te erken­nen. Ein Wahr­heits­be­weis kam nicht in Fra­ge. Zuletzt war auch EMRK 10 nicht ver­letzt. Zwar gilt Fol­gen­des:

L’arti­cle 10 par. 2 CEDH ne lais­se tou­te­fois guè­re de place pour des restric­tions à la liber­té d’expression dans le domai­ne du dis­cours et du débat poli­tique, dans lequel cet­te liber­té revêt la plus hau­te import­an­ce. En out­re, les limi­tes de la cri­tique admis­si­ble sont plus lar­ges à l’égard d’un hom­me poli­tique, visé en cet­te qua­lité, que d’un simp­le par­ti­cu­lier

Den­noch haben sich selbst Jour­na­li­sten an gewis­se Regeln zu hal­ten:

L’auteur d’un arti­cle, à l’instar de tout créa­teur, n’échappe tou­te­fois pas aux pos­si­bi­lités de limi­ta­ti­on que ména­ge l’art. 10 par. 2 CEDH : qui­con­que se prév­aut de la liber­té d’expression assu­me, selon les ter­mes de ce para­gra­phe, des « devoirs et responsa­bi­lités » […]. En rai­son de ces “devoirs et responsa­bi­lités”, la garan­tie que l’art. 10 CEDH off­re aux jour­na­li­stes en ce qui con­cer­ne les comp­tes ren­dus sur des questi­ons d’intérêt géné­ral est sub­or­don­née à la con­di­ti­on que les intéres­sés agis­sent de bon­ne foi de maniè­re à four­nir des infor­ma­ti­ons exac­tes et dignes de cré­dit dans le respect de la déon­to­lo­gie jour­na­li­stique

Im vor­lie­gen­den Fall sah das BGer die­se Anfor­de­run­gen ver­letzt:

Le recou­rant a volon­taire­ment dif­fusé par voie de pres­se un soupçon gra­ve qu’il savait infon­dé. Il n’a dès lors pas agi de bon­ne foi de maniè­re à four­nir des infor­ma­ti­ons exac­tes et dignes de cré­dit dans le respect de la déon­to­lo­gie jour­na­li­stique. Il ne doit par­tant pas pou­voir se pré­va­loir de la garan­tie offer­te par l’art. 10 CEDH.

David Vasella

Posted by David Vasella

RA Dr. David Vasella ist Gründer von swissblawg und Rechtsanwalt und Counsel bei Walder Wyss. Er ist auf IT-, Datenschutz- und Immaterialgüterrecht spezialisiert, betreibt den Blog daten:recht und ist Lehrbeauftragter der Universität Zürich.