Darf ein Anwalt seinen Klien­ten auf­grund eines Inter­essenkon­flik­ts nicht vertreten, stellt sich die Frage, ob der Klient gegen den entsprechen­den Entscheid vorge­hen kann. Das BGer hat diese Frage in BGE 135 II 145 verneint. Im vor­liegen­den Urteil ändert es seine Recht­sprechung. Das Ver­bot, in einem konkreten Fall einen bes­timmten Klien­ten zu vertreten, ist kein Akt des Diszi­pli­nar­rechts, son­dern der Kon­trolle der Pos­tu­la­tions­fähigkeit des Anwalts:

En résumé, con­traire­ment à l’approche qu’a eue le Tri­bunal fédéral dans l’ATF 135 II 145, il faut admet­tre que l’interdiction de pos­tuler dans un cas con­cret — à dis­tinguer d’une sus­pen­sion pro­vi­soire ou défini­tive — ne relève en principe pas du droit dis­ci­plinaire, mais du con­trôle du pou­voir de pos­tuler de l’avocat.

Demgemäss dient ein konkretes Vertre­tungsver­bot dem geord­neten Prozessver­lauf:

Ain­si, l’interdiction faite à un avo­cat de représen­ter une par­tie vise à assur­er la bonne marche du procès, notam­ment en s’assurant qu’aucun avo­cat ne soit restreint dans sa capac­ité de défendre l’une d’elles — en cas de défense mul­ti­ple — respec­tive­ment en évi­tant qu’un man­dataire puisse utilis­er les con­nais­sances d’une par­tie adverse, acquis­es lors d’un man­dat antérieur, au détri­ment de celle-ci, étant à cet égard rap­pelé que l’impossibilité de représen­ta­tion affec­tant un avo­cat rejail­lit sur ses asso­ciés (RNRF 92/2011 127, 2C_26/2009 con­sid. 3.2). 

Das gegenüber dem Anwalt ver­hängte Ver­bot, einen Klien­ten zu vertreten, berührt diesen daher unmit­tel­bar, so dass ihm die Beschw­erde­berech­ti­gung im Sinne von Art. 89 Abs. 1 BGG zukommt:

Dans un tel cas, celui qu’une déci­sion prive de la pos­si­bil­ité de pour­suiv­re la défense de ses intérêts par l’avocat de son choix, ou alors con­traint de voir un ancien man­dataire — ou l’associé de l’un de ses anciens man­dataires — défendre les intérêts d’une par­tie adverse, est touché de manière directe et dis­pose d’un intérêt digne de pro­tec­tion au sens de l’art. 89 al. 1 let. c LTF à l’annulation ou la mod­i­fi­ca­tion de cette déci­sion. En ceci, la sit­u­a­tion est donc dif­férente de ce qui pré­vaut en matière dis­ci­plinaire.

David Vasella

Posted by David Vasella

RA Dr. David Vasella ist Gründer von swissblawg und Rechtsanwalt und Counsel bei Walder Wyss. Er ist auf IT-, Datenschutz- und Immaterialgüterrecht spezialisiert, betreibt den Blog daten:recht und ist Lehrbeauftragter der Universität Zürich.