ZPO 229 III  (Berück­sich­ti­gung neu­er Tat­sa­chen und Beweis­mit­tel im Gel­tungs­be­reich der Unter­su­chungs­ma­xi­me bis zur Urteils­be­ra­tung) ist bei Ver­fah­ren mit Unter­su­chungs­ma­xi­me im Rechts­mit­tel­ver­fah­ren ent­ge­gen der herr­schen­den Ansicht nicht ana­log anwend­bar. Dies hat das BGer in einem Streit betr. Zusatz­ver­si­che­run­gen ent­schie­den:

Si on lit l’art. 317 al. 1 CPC, on com­prend qu’il régit de maniè­re com­plète et auto­no­me la pos­si­bi­lité pour les par­ties d’invoquer des faits et moy­ens de preuve nou­veaux. Il résul­te clai­re­ment de la systé­ma­tique de la loi que l’art. 229 al. 3 CPC ne s’applique qu’à la pro­cé­du­re de pre­miè­re instan­ce. L’art. 317 CPC con­cer­ne la pro­cé­du­re d’appel et ne con­ti­ent aucun ren­voi, ni aucu­ne règ­le spé­cia­le pour la pro­cé­du­re sim­pli­fiée ou pour les cas où le juge éta­blit les faits d’office. Qu’un ren­voi ait été pré­vu dans le pro­jet du Con­seil fédé­ral et qu’il ait été éli­mi­né lors des travaux par­le­men­taires inci­te plu­tôt à pen­ser que le légis­la­teur n’en a pas vou­lu.

Que le juge doi­ve éta­b­lir les faits d’office signi­fie qu’il peut de lui-même ordon­ner des mes­u­res pro­ba­toires et com­plé­ter l’état de fait qui lui a été pré­sen­té. La maxi­me inqui­si­toire ne dit pas jusqu’à quel moment les par­ties, elles, peu­vent invo­quer des faits ou des moy­ens de preuve nou­veaux. Cet­te questi­on est régie, en pre­miè­re instan­ce, par l’art. 229 al. 3 CPC et, en appel, par l’art. 317 al. 1 CPC.

L’existence d’une pro­cé­du­re sim­pli­fiée impli­que logi­que­ment qu’elle doit être plus rapi­de et plus expé­dien­te. Il serait para­doxal qu’elle soit en réa­lité plus dif­fi­ci­le par­ce que le plai­deur nég­li­gent pour­rait fai­re rebon­dir la cau­se en appel en invo­quant pour la pre­miè­re fois des faits ou moy­ens de preuve qu’il a omis de pré­sen­ter en pre­miè­re instan­ce.

David Vasella

Posted by David Vasella

RA Dr. David Vasella ist Gründer von swissblawg und Rechtsanwalt und Counsel bei Walder Wyss. Er ist auf IT-, Datenschutz- und Immaterialgüterrecht spezialisiert, betreibt den Blog daten:recht und ist Lehrbeauftragter der Universität Zürich.