Das Bun­des­ge­richt befass­te sich im Ent­scheid 4A_490/2013 vom 28. Janu­ar 2014 mit der Fra­ge, ob ein Schieds­spruch ange­foch­ten wer­den kann mit dem Argu­ment, dass der Schieds­rich­ter den Ent­scheid nach Ablauf der zwi­schen ihm und den Par­tei­en ver­ein­bar­ten Frist erlas­sen hat.

In einem ad hoc Schieds­ver­fah­ren stell­te der Ein­zel­schieds­rich­ter auf Anfra­ge der klä­ge­ri­schen Par­tei hin die Zustel­lung des Schieds­spruchs mehr­mals in Aus­sicht, hielt die­se Ter­mi­ne jedoch nicht ein. Der Ein­zel­schieds­rich­ter erklär­te schliess­lich mit E-Mail vom 3. Juni 2013, dass er zurück­tre­ten wür­de, falls er den Schieds­spruch nicht bis 30. Juni 2013 erlas­sen hät­te (“I shall resign if the award is not ren­de­red by June 30, 2013”). Mit einem am 27. August 2013 ver­schick­ten Schrei­ben erklär­ten bei­de Par­tei­en, dass sie den vor­ge­schla­ge­nen Rück­tritt des Ein­zel­schieds­rich­ters anneh­men wür­den, wenn der Ein­zel­schieds­rich­ter den Schieds­spruch nicht bis am 30. August 2013 zustel­len wür­de. Auf ent­spre­chen­de Anfra­ge des Schieds­rich­ters akzep­tier­ten die Par­tei­en einen Auf­schub bis zum 2. Sep­tem­ber 2013. Am 3. Sep­tem­ber 2013 erklär­te die Klä­ge­rin gegen­über dem Schieds­rich­ter, dass der Schieds­spruch nicht inner­halb der ver­ein­bar­ten Frist zuge­stellt wor­den sei und die Klä­ge­rin den Rück­tritt des Schieds­rich­ters zur Kennt­nis neh­men wür­de; die Klä­ge­rin bat den Schieds­rich­ter zu bestä­ti­gen, dass er sein Schieds­rich­ter­man­dat mit Ablauf der Frist vom 2. Sep­tem­ber 2013 nie­der­ge­legt habe. Der Schieds­spruch wur­de der Klä­ge­rin am 4. Sep­tem­ber 2013 zuge­stellt; die Klä­ge­rin hielt aber auf der Emp­fangs­be­stä­ti­gung schrift­lich fest, dass die Ent­ge­gen­nah­me des Schieds­spruchs nicht als Akzept des Schieds­spruchs aus­ge­legt wer­den dür­fe (“La récep­ti­on de ce colis n’emporte pas accep­ta­ti­on d’une éven­tu­el­le sen­tence arbi­tra­le qui y serait con­te­nue, ni la recon­nais­sance d’une vali­dité quel­con­que d’un tel docu­ment. Genè­ve, le 4 sep­tem­bre 2013, à 14:42 heu­res”). Die Klä­ge­rin infor­mier­te den Schieds­rich­ter noch am sel­ben Tag, dass sie den Schieds­spruch als ungül­tig erach­ten wür­de, weil die Zustel­lung nach dem Rück­tritt des Schieds­rich­ters erfolgt sei. Die Klä­ge­rin reich­te Beschwer­de gegen den Schieds­spruch ein.

Ein­lei­tend behan­del­te das Bun­des­ge­richt das Rechts­ver­hält­nis zwi­schen den Par­tei­en und dem Schieds­rich­ter (E.3.2.1):

Le cont­rat d’arbitre — recep­t­um arbi­trii ou arbi­tri (…) — dési­gne la rela­ti­on con­trac­tu­el­le qui se noue ent­re l’arbitre et les par­ties. Il par­ti­ci­pe de la natu­re mix­te de l’arbitrage, lequel revêt un carac­tè­re con­trac­tu­el par sa source et juri­dic­tion­nel par son objet (…). L’arbitre, tel le juge éta­tique, est inve­sti du pou­voir de tran­cher un dif­fé­rend par une sen­tence équi­valant à un juge­ment, mais il tient ce pou­voir de la volon­té des par­ties (…). Le cont­rat d’arbitre est sou­vent qua­li­fié de man­dat sui gene­ris, mais les règles du man­dat (art. 394 ss CO) sont lar­ge­ment exclues par le sta­tut de l’arbitre, s’agissant notam­ment des con­di­ti­ons dans les­quel­les ce cont­rat prend fin (…). 

Le cont­rat d’arbitre s’éteint nor­ma­le­ment en même temps que l’instance, c’est-à-dire, dans la gran­de majo­rité des cas, lorsque la sen­tence fina­le est ren­due (pour autant qu’elle ne soit pas nul­le ni annu­lée) voi­re, plus rare­ment, sui­te à un retrait d’instance, que ce soit par un dési­stement ou par une tran­sac­tion. Il peut tou­te­fois se ter­mi­ner de maniè­re anti­ci­pée, pen­den­te lite, en par­ti­cu­lier si l’arbitre décè­de, s’il est récusé, s’il est révo­qué par les par­ties, s’il est desti­tué par le juge ou s’il démis­si­on­ne (…).

Das Bun­des­ge­richt wand­te sich danach der Fra­ge zu, wie die Wil­lens­er­klä­run­gen der Par­tei­en zum Rück­tritt des Schieds­rich­ters zu qua­li­fi­zie­ren sei­en. Nach ein­ge­hen­der Ana­ly­se gelang­te das Bun­des­ge­richt zum Schluss, dass die Par­tei­en und der Schieds­rich­ter einen Drei­par­tei­en-Ver­trag abge­schlos­sen hät­ten. Die Zustel­lung des Schieds­spruchs ent­fal­te­te des­halb kei­ne hei­len­de Wir­kung, da eine sol­che Aus­le­gung mit dem Grund­satz pac­ta sunt ser­van­da unver­ein­bar wäre. Dem­nach hät­te nur die vor­be­halts­lo­se Ent­ge­gen­nah­me des Schieds­spruchs eine hei­len­de Wir­kung erzie­len kön­nen (E. 3.2.2):

Il en res­sort tout aus­si net­te­ment que l’arbitre uni­que ne pou­vait pas com­prend­re autre­ment, selon les règles de la bon­ne foi, la volon­té mani­fe­stée de la sor­te par ses deux man­dan­tes. Il appa­raît, en défi­ni­ti­ve, que la cau­se de l’extinction pré­ma­tu­rée des pou­voirs de l’arbitre doit être recher­chée davan­ta­ge dans un accord tri­par­ti­te con­clu à cet effet par cha­cu­ne des par­ties avec l’autre, d’une part, et par les deux par­ties con­join­te­ment avec l’arbitre, d’autre part, que dans une simp­le démis­si­on de l’arbitre ou dans la révo­ca­ti­on de celui-ci par une déci­si­on com­mu­ne des deux man­dan­tes. Il suit de là que les objec­tions sou­le­vées par l’intimée pour exclu­re que le cont­rat d’arbitre ait val­ab­le­ment pu prend­re fin à la date et à l’heure fixées dans le fax du 27 août 2013 ne peu­vent pas être rete­nues. Ain­si en va-t-il de l’argument fon­dé sur la juris­pru­dence vou­lant que l’arbitre ne puis­se mett­re fin à sa mis­si­on qu’en invo­quant de justes motifs. Sem­bla­ble argu­ment ne tient pas comp­te de ce que l’extinction du cont­rat d’arbitre n’a pas été le fait d’une déci­si­on uni­la­té­ra­le de l’arbitre de mett­re un ter­me à sa mis­si­on par­ce qu’il aurait esti­mé avoir des rai­sons de répu­dier son man­dat, mais la con­séquence d’un accord que les deux par­ties avai­ent pas­sé avec l’intéressé à cet­te fin. N’est pas plus fon­dé le moy­en pris de l’effet gué­ris­seur (sana­tio) qu’aurait pro­du­it l’acceptation par l’intimée de la sen­tence qui lui a été noti­fiée après la sur­ven­an­ce du délai ulti­me impar­ti à l’arbitre pour pro­cé­der à la noti­fi­ca­ti­on de cet­te déci­si­on. De fait, il serait con­trai­re, à la fois au princi­pe pac­ta sunt ser­van­da et à la règ­le du par­al­lé­lis­me des for­mes, de per­mett­re à une par­tie à un accord bila­té­ral ou mul­ti­la­té­ral d’en écar­ter les con­séquen­ces de son chef par un acte uni­la­té­ral, tel­le la récep­ti­on de la sen­tence. Pareil acte n’eût donc été con­cluant, en l’espèce, que si la recou­ran­te avait agi de même en accep­tant, elle aus­si, sans for­mu­ler la moind­re réser­ve, la noti­fi­ca­ti­on tar­di­ve de la sen­tence. Or, il n’en a rien été, com­me cela res­sort des faits rela­tés sous let. B.b du pré­sent arrêt.

Ein Schieds­spruch, der nach Ablauf der ver­ein­bar­ten Frist zuge­stellt wird, ist nicht nich­tig, kann aber ange­foch­ten wer­den. Das Bun­des­ge­richt prüf­te, ob Art. 190 Abs. 2 lit. a (vor­schrifts­wid­ri­ge Ernen­nung des Ein­zel­schieds­rich­ters) oder lit. b (Schieds­ge­richt erklärt sich zu Unrecht für zustän­dig) IPRG die ein­schlä­gi­ge Bestim­mung für die Anfech­tung bil­den wür­de. Das Bun­des­ge­richt erklär­te, dass der vor­lie­gen­de Fall von der Bestim­mung Art. 190 Abs. 2 lit. b IPRG abge­deckt ist. Der Schieds­rich­ter hat­te damit sei­ne Zustän­dig­keit ange­nom­men und einen Schieds­ent­scheid erlas­sen, obwohl sei­ne Zustän­dig­keit zu die­sem Zeit­punkt bereits erlo­schen war (E.4.1):

Une sen­tence ren­due posté­ri­eu­re­ment à l’expiration de la mis­si­on de l’arbitre uni­que ou du tri­bu­nal arbi­tral n’est pas nul­le, mais annul­able sur recours. L’art. 36 let. g du con­cordat sur l’arbitrage du 27 mars 1969 (CA) éri­ge­ait ce vice de pro­cé­du­re en motif de recours, en pré­voyant que la sen­tence pou­vait être attaquée en nul­lité “lorsque le tri­bu­nal arbi­tral a[vait] sta­tué après l’expiration du délai qui a[vait] pu lui être impar­ti pour rem­plir sa mis­si­on”. Le droit actu­el de l’arbitrage inter­na­tio­nal et inter­ne en Suis­se ne con­ti­ent pas de dis­po­si­ti­on spé­ci­fi­que com­pa­ra­ble à la règ­le con­corda­taire abro­gée. Dans sa gran­de majo­rité, la doc­tri­ne con­s­idè­re le vice de pro­cé­du­re en questi­on com­me un pro­blè­me de com­pé­tence ratio­ne tem­po­ris visé par l’art. 190 al. 2 let. b LDIP (arbi­tra­ge inter­na­tio­nal) ou par l’art. 393 let. b CPC (arbi­tra­ge inter­ne), car le tri­bu­nal arbi­tral ou l’arbitre uni­que, en sta­tu­ant hors délai, s’arrogerait imp­li­ci­te­ment une com­pé­tence qu’il n’a plus (…). Quel­ques auteurs réser­vent cepen­dant la pos­si­bi­lité d’admettre que le tri­bu­nal arbi­tral ou l’arbitre uni­que qui sta­tue après l’expiration du délai assi­gné à sa mis­si­on doit être assi­milé à un tri­bu­nal arbi­tral irré­gu­liè­re­ment com­po­sé, respec­tive­ment à un arbit­re uni­que irré­gu­liè­re­ment dési­gné au sens des art. 190 al. 2 let. a LDIP et 393 let. a CPC (…). En théo­rie, les deux con­struc­tions juri­di­ques pour­rai­ent s’appliquer au vice de pro­cé­du­re exami­né. Aus­si bien, l’arbitre uni­que (ou le tri­bu­nal arbi­tral) qui sta­tue après que sa mis­si­on a expi­ré peut-il être regar­dé à la fois com­me une per­son­ne usur­pant les pou­voirs d’un arbit­re (ou d’un tri­bu­nal arbi­tral) et com­me un arbit­re (ou un tri­bu­nal arbi­tral) ayant dépas­sé les limi­tes tem­po­rel­les de sa com­pé­tence juri­dic­tion­nel­le. Si l’on s’en tient tou­te­fois à la déli­mi­ta­ti­on juris­pru­den­ti­el­le du champ d’application de l’art. 190 al. 2 let. a LDIP, la pré­fé­rence doit être don­née à la secon­de con­struc­tion juri­di­que. En effet, com­me le Tri­bu­nal fédé­ral l’a rap­pelé récem­ment (…), par régu­la­rité de la con­sti­tu­ti­on du tri­bu­nal arbi­tral ou de la dési­gna­ti­on de l’arbitre uni­que, au sens de cet­te dis­po­si­ti­on, il faut entendre la maniè­re dont le ou les arbi­tres ont été nom­més ou rem­pla­cés (art. 179 LDIP) et les questi­ons rela­ti­ves à leur indé­pen­dance (art. 180 LDIP). Or, vue sous l’angle restric­tif ain­si défi­ni par la juris­pru­dence, la posi­ti­on de l’arbitre ou du tri­bu­nal arbi­tral qui sta­tue hors délai n’est pas assi­mi­l­able à cel­le d’un arbit­re ou d’un tri­bu­nal qui n’aurait pas été régu­liè­re­ment nom­mé ou rem­pla­cé; elle s’apparente davan­ta­ge à cel­le d’un arbit­re ou d’un tri­bu­nal arbi­tral dont la dési­gna­ti­on ne souffre aucu­ne dis­cus­sion, mais qui a sim­ple­ment omis de respec­ter la limi­te dans le temps qui avait été fixée à sa com­pé­tence juri­dic­tion­nel­le. Cela étant, il n’échappe pas à la Cour de céans que le critè­re distinc­tif per­met­tant d’écarter une con­struc­tion juri­di­que au pro­fit de l’autre demeu­re assez flou. La sécu­rité du droit com­man­de néan­mo­ins de tran­cher la questi­on. On le fera en trai­tant le vice de pro­cé­du­re con­s­idé­ré com­me un motif de recours au sens de l’art. 190 al. 2 let. b LDIP ou de l’art. 393 let. b CPC.

Das Bun­des­ge­richt wies schliess­lich auch die Behaup­tung der Beklag­ten zurück, dass die Anfech­tung der Klä­ge­rin rechts­miss­bräuch­lich sei. Im Ergeb­nis hiess das Bun­des­ge­richt die Beschwer­de gut und hob den Schieds­spruch auf.

Michael Feit

Posted by Michael Feit

RA Dr. Michael Feit, LL.M, ist als Rechtsanwalt bei Walder Wyss tätig und auf internationale Schiedsgerichtsbarkeit (Handels- und Investitionsschutzschiedsgerichtsbarkeit) spezialisiert. Er vertritt Parteien sowohl in institutionellen als auch in ad hoc Schiedsverfahren und amtet auch als Schiedsrichter. Bei der Bearbeitung französischsprachiger Bundesgerichtsentscheide wird er von RA David Cuendet (ebenfalls Walder Wyss) unterstützt.