5A_4/2007: Steuern sind keine Verwertungskosten (amtl. Publ.)

Das BGer hat entsch­ieden, dass bei ein­er Lohnpfän­dung die Einkom­menss­teuern nicht als Bestandteil der Kosten iSv SchKG 144 III zu betra­cht­en sind.
Als Kosten in diesem Sinne kom­men Aus­la­gen in Betra­cht, die direkt mit der Ver­w­er­tung in Zusam­men­hang ste­hen und die daher eine notwendi­ge Voraus­set­zung der Anwen­dung des SchKG (“néces­saires à l’ap­pli­ca­tion de la LP”) sind. Steuern unter diese Kosten zu sub­sum­ieren, hiesse, dem Staat ein Priv­i­leg einzuräu­men, was eine Ver­let­zung des Grund­satzes der Gle­ich­be­hand­lung der Gläu­biger bedeutete:

Il s’ag­it par con­séquent de frais liés directe­ment à la procé­dure de réal­i­sa­tion, soit des émol­u­ments perçus par l’Of­fice des pour­suites con­for­mé­ment à l’OELP pour le tra­vail de ses employés ain­si que pour les dépens­es occa­sion­nées par les avis, frais de port, etc. (…). En d’autres ter­mes, ces frais doivent être néces­saires à l’ap­pli­ca­tion de la LP (…). A ce titre, dès lors que les impôts sur le revenu n’ont aucun lien avec la procé­dure d’exé­cu­tion for­cée, on ne voit pas en quoi ils devraient être con­sid­érés comme des frais de réal­i­sa­tion au sens de l’art. 144 al. 3 LP.
La prise en compte des dettes d’im­pôts dans les frais de réal­i­sa­tion de la saisie reviendrait en sus à con­fér­er un priv­ilège à l’E­tat et serait ain­si con­traire au principe d’é­gal­ité entre les créanciers de droit privé et de droit pub­lic (…).”

Daraus fol­gt, dass die Steuer­last in die Berech­nung des Exis­tenzmin­i­mums des Schuld­ners einzubeziehen ist.